samedi 3 mai 2014

Japonie : Pandas, Chats sauvages, Totoro et surtout beaucoup de shopping



   S'il est vrai que voyager permet de découvrir différentes cultures, l'histoire des pays étrangers, et pas mal de coins bien sympas introuvables dans nos contrées... Quand on parle de Tokyo, toute virée en ville se solde par un trou béant dans le porte-monnaie. Pas que la vie soit si chère que ça ( en vérité je la trouve moins chère sur pas mal de choses comme le manger, oui je dis le manger, comme un enfant de six ans, oui j'ai six ans et en plus je suis nordiste, circonstances atténuantes ! ), mais diantre, se balader à Tokyo c'est comme se promener dans un magasin de souvenirs gigantesque mélangé au temple de la mode ( étrange, très étrange sois dit en passant, des garçons en jupes jusqu'aux chevilles? Really? ), avec un milliers d'odeurs de nourritures à chaque coin de rue, sans oublier les frais de médecin ( what? ). Forcément, le porte-monnaie en prend un coup, un sévère, heureusement que j'avais prévue de vivre en princesse pendant dix jours. Et, pour en revenir aux faits, les troisième et quatrième jours de ma virée au pays du soleil levant peuvent être décrits en quelques mots : " Hello do you speak english? Because I want this thing, this one too, and please take my money, yep, all of my money, everything, take my skin and my lungs too, bye". ( Que je traduirais pour les non anglophone par: " Excusez moi Mademoiselle, c'est votre banquière, oui, en fait, comment vous dire que vous allez devoir manger vos doigts pour les six prochains mois?" ).

Asakusa, le temple Senso-ji de nuit


Troisième jour au pays du porte-feuille vide:


  Au matin de notre troisième jour, j'ai du m'adapter au fait de devoir passer du temps seule. Oui, nous étions deux, mais il se trouve que la deuxième personne est tombée malade. Sans aller dans les détails, monsieur est donc resté couché le troisième jour, vomir toute la nuit ne l'ayant pas trop aidé à être bien dans son corps, v'voyez? Ce qui expliquera qu'au matin du sixième jour, nous étions assis dans la salle d'attente d'un médecin qui parle français, mais ceci est une anecdote qui attendra un tout petit peu. Etant seule, abandonnée, sans personne à qui parler, j'ai décidé de retourner faire un tour à l'Ueno park ( je le dis en english, parce que j'aime bien ), histoire de voir des pandas, parce que Ô supraïse c'est magnifaïque ( ma chérie ), à l'Ueno Park, ils ont un zoo, des pandas, des loutres, des aigles, des Hedwige, et même de l'axolotl ! Avoue que t'es épaté lecteur. De l'axolotl dans du zoo ! Et, non l'axolotl n'est pas un pokémon même s'il en a inspiré un, c'est un vrai petit bestiaux qu'on trouve au Mexique, même s'ils ont actuellement plutôt bien disparus de la nature. Le bestiaux vit dans du lac volcanique, t'as vu. Et le mexicain,autrefois, il cuisinait de l'axolotl comme toi tu cuisines du bigmac. Mais le but de l'article n'est pas exactement de vous décrire le mode de vie de l'animal mignon, pour ça, je t'envoie sur des sites spécialisés, et sinon, tu check L'ami wiki.

  Et pour en revenir au zoo, bien qu'il ne soit pas le plus beau que j'ai eu la chance de visiter ( big up à La Palmyre ), le parc est vraiment très agréable, très propre, très plein d'arbres et autres morceaux de nature. Et ce dernier point est tout à fait important quand on mentionne Tokyo, cette ville est en effet un mur de béton géant, mais quand tu tombes sur de la nature, ça a tendance à s'étendre à l'infini et d'une manière telle que la seule chose que ton cerveau peut te souffler est " wow ". Et puis, voir des panda roux sur fond de gratte-ciels c'est vachement rigolo ! Si tu es pas fada de la foule, de couples, et d'enfants, évites. Mais je pense que si tu vas vers Tokyo, c'est que la foule ne t'effraie pas... Les enfants après, c'est autre chose. Le zoo d'Ueno est bien le seul endroit que j'ai pu visiter dans cette ville dans lequel les gens te poussent, sans trop trop s'excuser, passent devant ton appareil photo, encore une fois sans vraiment s'excuser, and so on... Mais je les pardonne, c'est le genre d'endroit où tu flippes que ton gosse se soit paumé dans la cage du tigre, et donc tu le suis à vitesse grand V, même si tu as 89 ans, dans le dédale formé par la masse de populace. Sinon, si tu veux voir ce Zoo pépère sans te prendre les pieds dans de l'enfant, tu y vas quand il pleut. Les chances de tout voir seront réduites mais rassures toi, tu pourras aller voir les bestiaux des serres : Crocos, chats sauvages, paresseux ou encore suricates.

Mais qu'il est mignon le p'tit père !

  Le zoo dispose de deux boutiques assez sympas qui te refourguent le même genre d'articles que tout zoo qui se respecte, porte clefs à l'effigie des stars des enclos, peluches, bloc-notes, stickers, magnets, biscuits pandas... Les prix sont plutôt abordables, mais les articles plutôt inutiles. Et c'est pour ça que j'y ai acheté quelques petits machins à offrir à mes coupains de la France.
  Après le zoo, je me suis dit que me promener dans Ueno même serait chouette, j'y avais repéré une superbe boutique sur pleins d'étages qui ne vend que des goodies de mangas/ films d'animations / jeux vidéos. Et là, là j'ai explosé le budget en achetant des choses à presque tout les étages. C'est pas ma faute, le sous sol était dédié à Ghibli ! Alors pour mes coupines j'ai ramené des petits puzzles de 200 pièces, un énorme pendentif du chat de Kiki la petite sorcière sur un balai... Je suis montée et là, oh surprise, du mangaaaaa alors j'ai acheté une serviette de cou Slam Dunk pour consoler le frangin et quelques pins... je suis encore montée et ohhhh... Entre autres.
  En bref, à Ueno c'est comme partout à tokyo, tu te ruines et le zoo est grave mignon, si t'as des enfants, emmènes les dont voir des nounours polaires, si t'as une amoureuse, emmènes la flipper devant les crocodiles qui te menacent de leurs regards voraces, Si t'es tout seul, emmènes ton appareil se dégourdir les objectifs et si t'es entres potes va acheter des milliers de goodies ou... Va donc à Shibuya.


Quatrième jour au pays du café au lait:



  Ma transition étant absolument parfaite, je suis sure que vous avez deviné ce que nous ( frangin se sentant un peu mieux ) avons fait le quatrième jour de mon épopée en Japonie. Je vous le donne en mille :  J'ai tenu à visiter Shibuya, ohohoh. Shibuya c'est bien, c'est beau, on y voit Hachiko, des garçons en jupes, des filles sur des plate-formes de 15cm minimum, des touristes qui sautent au milieu du carrefour le plus fréquenté du monde, des écrans géants diffusant des images de pubs/concerts/stars/clips, des camions arborant fièrement ( ou pas ) des photos géantes des mêmes stars que dans les écrans... Shibuya c'est l'enfer de ton porte-monnaie. Shibuya c'est la tour 109, cette tour d'une grosse dizaine d'étages avec des centaines de magasins de vêtements pour femmes, c'est la tour 109 mens, le même topo, mais pour les hommes. Shibuya c'est aussi un type déguisé en nounours qui veut des free hugs, mais comme il est un peu creepy t'y vas pas.

Coucou Hachiko à la sortie du métro !
  En sortant du métro, tu flippes à vrai dire. Autant de gens concentrés au même endroit, ça grouille, ça parle fort, ça se fait remarquer, et toi tu es là, toi petite nordiste habituée aux vaches à lait et aux murs de végétation dans tes baskets et ton jean de touriste, et tu pries pour ne pas perdre de vue ton grand frère. Au départ tu sais pas trop pourquoi les gens sautent dans ce carrefour en agitant les bras, après coup tu percutes, dans l'immeuble face à ce carrefour il y a un Starbucks avec vu sur ce même carrefour. Et à la fenêtre de ce même Starbucks, il y a un mur de touristes prenant en photo les autres touristes qui eux sont restés en bas. Un peu comme ce principe de la photo du gars qui tente de redresser la tour de Pise, sauf que là, dans le cas présent, tout ce que tu fais ( en plus d'avoir l'air con ), c'est gêner la circulation des pauvres milliers de piétons qui tentent d'accéder aux Tours/cafés/Disquaires... Et en parlant de disquaire, si tu aimes la musique, je suis sure que tu prendras ton pied en faisant un tour du côté de la Tower Records, une dizaine d'étages de CD/dvd en tout genre. Elle est assez facile à repérer avec son enseigne jaune aux néons rouges "No Music, No Life". Le plus grand magasin de musique du Japon, en somme. 

  Au début, tu flânes dans les rues, tu t'émerveilles de tout et de rien, tu flippes un peu, et pusi tu te mets à entrer dans les magasins, et même à acheter, tu te détends, tu passes au pipi room qui t'arroses les fesses sur commandes, et puis tu retournes dépenser ton argent difficilement économisé. L'avantage, c'est que malgré la beauté de certains articles de modes, si tu fais 1m73 et plus de 60kg ( vois comment je camoufles mon poids réel petit internaute), tu te retrouves dans la Tour 109 pour hommes à acheter des sweats en taille M, au lieu d'acheter la super jupe trop swag que tu avais vu dans la Tour 109 pour femmes, parce que le magasin japonais de mode de base ne possède que 3 tailles allant de Super XS, au S. D'ailleurs, ils en sont fiers ! Si, si, je vous jure... Vous auriez vous le petit air tout content de ce jeune vendeur aux cheveux  et sourcils décolorés quand après dix minutes de réflexions il est venu nous dire que " We have three size", et son petit air triste quand frangin a répondu " but not mine". Kawaiii*. 
  Disons donc que Shibuya c'est assez cool pour avoir l'envie d'y aller 3 fois sur un séjour de seulement 11-12 jours, mais que c'est mieux quand tu fais 1m60 et 42kg, et que tu chausses du 37 maximum. Ah oui, parce que, au Japon, les converses de bases coûtent la modique somme de 25 euros, alors forcément tu penses en ramener chez toi, mais non, tu ne fais pas du 5 et demi ( US size ), mais bien du 7 et demi, échec. 

  Je dis tout ça, j'ai quand même ramené 3 sweats de la Japonie ! Un vert, un noir & blanc et un noir. Et puis, j'ai repéré une super paire de Adidas, je compte la commander bientôt. J'ai aussi dégusté de magnifiques frappuccino Mangue au Starbucks, comme la bonne touriste que je suis, bu du café au lait chaud en canette, hey ouais mon gars, le Japon il te fait du distributeur de canettes... chaudes. Et ça, ça c'est beau.  Malheureusement, notre première virée à Shibuya s'est vite transformée en " On va rentrer où je vais me vomir dessus". La journée n'étant pas fini, j'ai passé l'après midi à me ruiner en souvenirs dans Asakusa. Oui, non je sais, j'ai fais que me ruiner là bas ! Mais c'est pas ma faute, on a qu'une vie, et pas un million de chances de visiter Tokyo ! 


Infos pratiques :

L'entrée du Zoo : pas cher du tout ! J'ai payé environ 4 euros, et le ticket enfant est aux alentours de 2,50. Une sortie sympa, pour pas cher. Attention aux heures d'ouvertures, cependant.
Les boissons des distributeurs : bien que les distributeurs de boissons froides/chaudes soient partout, ce n'est pas le cas des poubelles. Généralement, on trouve ces dernières seulement aux côtés des distributeurs. Alors c'est bien d 'avoir un petit sachet dans le sac à dos pour mettre les déchets. Niveau prix, moins d'un euros la boisson. 
Les souvenirs : Achètes en un max, mais prévois une valise vide, c'est important. 
Kawaiiiiiiii ( insérez le nombre de i désirés ): ça veut dire Mignon. 

  La prochaine fois que je vous parle de Shibuya, j'upload une vidéo du carrefour génial plein de gens, et je vous mets des photos de nuit, histoire qu'on voit bien toutes les publicités et la pollution visuelle, et toc. Mais pour l'heure, trois photos de mes chouchous d'Ueno !




4 petits mots d'amour - oupas-:

frenchynippon a dit…

C'est vrai qu'on peut manger pas cher dans certains resto mais sinon pour la vie de tout les jours, la vie est chère. Je ne sais pas si tu as mis le pied dans un supermarché mais quand il faut cuisiner, c'est un autre budget genre 3 tomates pour 4 Euros, 1 melon pour 10 Euro, une demi-barquette de cerise pour 7 Euro etc, au Japon la viande, les fruits et les légumes coûtent chers. Niveau porte-monnaie, parfois ça revient moins cher de manger dehors que de cuisiner lol.

Morgane L a dit…

@Frenchynippon humm, j'ai surtout fait les combinis...et les restaus. Donc je me suis aps vraiment rendu compte du prix de la cuisine.. Ouch le melon a dix euros. Merci pour la précision, du coup! D: ( je te plains )

Béné a dit…

J'allais faire le même commentaire que FrenchyNippon. Même moi qui vit en province très éloignée où la vie est moins chère qu'à Tôkyô ou Ôsaka, le prix du quotidien est quand même élevé. Je trouve même les combinis chers maintenant, je n'y vais qu'en dernier recours.

Morgane L a dit…

Je pense que je me suis quand même un peu mal exprimé en disant que "la vie n'était pas si chère que ça", en tant que touriste, et pas résidente, ça me semblait bien moins cher que de faire la touriste à Paris par exemple, surtout au niveau des petits restaus & des entrées de musées/loisirs :D
Mais merci pour la précision, que je repréciserais dans le prochain article :)

Enregistrer un commentaire